(Forum RPG inspiré du livre Earth Girl Toute reproduction partielle ou totale est interdite.)
 

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Métamorphose [RP Grégoire Senn]

Aller en bas 
AuteurMessage
Effie S. Pendragon
Anthrope à votre service
avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Métamorphose [RP Grégoire Senn]   Sam 10 Mar - 21:23

Voilà bientôt douze heures qu’Effie était sortie de la bibliothèque pour se métamorphoser volontairement.

Elle profitait de ses derniers instants sous sa forme animale, tous les sens en éveil. Sous la légère couche de neige, elle sentait des relents d’odeur d’humus, de feuilles mortes et de terre. Au loin, le fumet récent d’un lièvre lui agaçait les papilles mais elle savait qu’elle n’aurait pas le temps. Les pupilles dilatées, elle regarda autour d’elle pour se repérer, sans ralentir le petit trot qu’elle s’était imposée. La douce clarté de la demi-lune éclairait la cime des arbres, projetant sur le sol de grandes ombres inquiétantes. Mais pas pour elle. Elle n’avait plus peur du noir depuis sa première métamorphose, maintenant qu’elle savait que rien ne se cachait derrière l’obscurité. Effie avait officiellement atteint la supranoïa à partir de sa cinquième transformation, ce qui était relativement rapide. Mais elle, souhaitait pouvoir contrôler son retour à sa forme humaine. Elle en était encore loin et doutait d’y arriver un jour.

Un léger picotement le long de sa colonne vertébrale la fit se presser. Les premiers signes du retour à «la normale». Il lui restait quelques minutes, ce serait suffisant. Elle accéléra encore un peu, sentant son petit cœur battre et laissant derrière elle une série d’empreintes animales. Ces températures n’étaient pas vraiment adaptées à celle de l’environnement d’un ocelot mais Effie savait qu’elle ne craignait rien, son chaud pelage d’hiver la protégeait et une douche chaude l’attendait en rentrant. L’animal tourna à droite derrière un grand frêne et se retrouva face à un épais bosquet. Il s’arrêta un instant, huma l’air, puis se faufila à travers le feuillage.

Quelques secondes plus tard, Effie se retrouvait au milieu du bosquet, totalement nue. Les branches créaient ici une petite cavité qu’elle avait découverte au cours de ses nombreuses promenades. Elle saisit le sac à dos posé à ses côtés et en tira des sous-vêtements et une paire de chaussettes qu’elle enfila à la hâte.

Pour ce qui était du reste, elle serait obligée de sortir à cause du manque d’espace. La jeune fille sortit donc, à quatre pattes. Une bourrasque l’accueillit et elle frissonna, se dépêchant d’enfiler son jean. Une branche craqua non loin et elle sursauta, tournant la tête de tut côté. C’était toujours la même chose, à peine retrouvait-elle sa forme humaine, que les bruits de la forêt redevenaient inquiétants.

Mais lorsqu’elle eut enfilé son tee-shirt, sa veste et ses bottes, transie de froid, sa suspicion était devenue une certitude : quelqu’un l’épiait. Elle ne savait qui et depuis combien de temps, et elle ne savait ce qu’il avait pu voir, car la douce lumière lunaire rendait la nuit moins sombre qu’Effie ne l’aurait voulu. Elle posa sa main sur son couteau suisse, dans la poche arrière de son jeans.

- Qui est là ? Montrez-vous ! fit-elle d’une voix, qui se voulait assurée et grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Senn
Anthrope à votre service
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Re: Métamorphose [RP Grégoire Senn]   Mar 13 Mar - 18:55

Grégoire avait passé une journée exécrable: tout ce qu'il entreprenait ratait et chaque personne qu'il croisait semblait avoir choisi ce jour pour lui faire des remarques désobligeante. La nuit était enfin tombé et il espérait tirer un trait sur ce maudit 10 mars mais malgré toute la fatigue qu'il éprouvait, il était incapable de s'endormir...

-"Allons prendre l'air":déclara-t-il a lui même, en englobant le puma. L'idée d'une métamorphose lui effleura l'esprit mais il craignait de ne pas pouvoir la contrôler comme il l'aurai voulu, comme la journée particulièrement désagréable qu'il venait de vivre.

Il enfila sa paire de chaussures de marche, un jean et sa légère veste de randonnée sans rien mettre en dessous. Il hésita quelques secondes avant de renoncer a prendre sa lampe torche, la clarté de la demi-lune allait bien suffire pour cette courte promenade. Prenant garde a ne pas réveiller ses colocataires, il passa par la baie vitrée de sa chambre qui donnait directement sur le jardin du chalet. Une fois dehors, il huma l'air et observa les étoiles: la grande ours ainsi que la petite étaient bien a leur place, Mars et Saturne s'étaient décidées a se montrer, seule la voie lactée manquait, sûrement rendue invisible par la lumière lunaire. Laissant ses pieds suivre le chemin, le mener la ou ils le désiraient, Grégoire se plongea dans une observation minutieuse des cieux. Plusieurs fois durant sa contemplation, sa main gauche vint de poser au milieu de son torse mais il refoula a chaque fois cette envie de fuir ses soucis grâce a la vitesse et a l'agilité de Méso. Il s'était toujours refusé de pleurer et user de la métamorphose comme un moyen de fuite était irrespectueux vis a vis du puma, profiter ainsi de sa morphologie était presque criminel. Il devait s'estimer heureux d'avoir eu une luxna "volontaire" et ne pas profiter de ça pour emprunter le corps animal au moindre prétexte.

Sans s'en rendre compte, Grégoire était sorti de l'enceinte de l'Institut et évoluait dans la forêt qui l'entourait. Cette situation de ne dérangeait pas du tout: il faisait nuit, la plupart des résidents dormaient, les chasseurs n'avaient pas donné le moindre signe de vie depuis plusieurs mois et le puma était avec lui, prêt a le sortir de toutes mauvaises rencontres. Alors que Grégoire comptait retourner sur ses pas, il aperçut un espèce de gros chat qui évoluait dans la neige. L'animal semblait pas l'avoir vu et Grégoire conclu d'âpres son comportement qu'il s'agissait d'un anthrope qui comme lui, ne parvenait pas a trouver le sommeil. A la fois intrigué par cette rencontre peu commune et curieux de voir un résident pratiquer la supranoïa, il décida de suivre ce qu'il ne tarda pas a identifier comme un ocelot. La traque de ce dernier était un bon moyen de se changer les idées avant de retrouver son lit. L'animal prit de la vitesse et Grégoire peinait de plus en plus à le suivre à vue en restant discret et rapidement, il ne restait que les légère traces dans l'humus de la forêt laissées par les pattes du petit félin. Après avoir emprunté une mauvaise piste, Grégoire avait marché quelques mètres avant de faire demi-tour. Alors qu'il se baissait pour observer les traces de plus en plus discrettes, il mit le pied sur une branche tombée pendant l'hiver, surement a cause d'une bourrasque plus forte que les autres. Quand il releva, il vit qu'une jeune fille était sortie d'un bosquet très dense auquel il n'avait pas fait attention.

-"Tiens, voila notre proie": souffla-t-il.

L'adolescente, d'environ seize ans, en sous-vêtements dans le froid de la nuit enfilait son jean sans se douter de sa présence. Ses longs cheveux blonds encadrait son visage que Grégoire discernait avec peine. Mais il était sur d'une chose: la supranoïa avait offert à cette anthrope une métamorphose parfaite et il l'enviait. Il resta immobile, sans oser bouger, autant par crainte d'apeurer la résidente que de briser cet instant étrange. Dans sa tête l'admiration et la jalousie se disputaient. Après avoir mis son T-shirt, la jeune fille semblait avoir deviner qu'on l'épiait. Alors que Grégoire hésitait entre prendre la fuite ou continuer de l'observer, une voix tremblante s'éleva:

-"Qui est là ? Montrez-vous !"

Grégoire remarqua qu'elle tenait dans la main un objet, sans pouvoir toutefois l'identifier. Une idée lui vint en tête: s'avancer à découvert, laisser le temps à son interlocutrice d'enregistrer ses traits, placer le médaillon dans sa bouche puis disparaître sans laisser le temps à la jeune fille de dire quoi que ce soit. Mais il renonça, la jugeant impolie: il venait tout de même de l'espionner alors qu'elle s'habillait et elle avait désormais le droit de savoir qui était la personne qui était présente dans la forêt en même temps qu'elle.

-"C'est moi. Me voici.": déclara-t-il, en effectuant plusieurs pas vers elle. Il discerna avec plus de précisions son visage: ses trait très fin, ses joues rosies par le froid et ses jolies lèvres exempte de toutes gerçures lui firent l'effet d'un choc électrique mais il ne la connaissait pas et entamait sa relation avec elle d'une manière peu positive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie S. Pendragon
Anthrope à votre service
avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Re: Métamorphose [RP Grégoire Senn]   Ven 16 Mar - 17:13

Elle était sans défenses et terriblement vulnérable au milieu de cette forêt. N’importe qui pouvait se trouver ici, un résident comme une personne extérieure et dans les deux cas, peut-être une personne avec de mauvaises intentions qui lui voudrait du mal.

Effie pris soudain conscience de l’irresponsabilité dont elle avait fait preuve. C’était des erreurs, depuis le début : se balader seule, sans aucun moyen de communication et aucun moyen de défense. Le petit couteau suisse, dans sa poche arrière, lui semblait soudain tout à fait pathétique. Il pesait lourd à présent, comme alourdi par le poids de son inconscience et elle crût qu’elle allait tomber. Ses jambes se faisaiet flageolantes et Effie pensa qu’elles ne la supporteraient pas plus longtemps. Son cœur battait la chamade, il allait exploser...Un filet de sueur froide lui coulait le long du dos, elle frissonna. La jeune fille voulut crier mais aucun son ne sortit de sa bouche, alors elle l’ouvrait et la fermait comme un poisson hors de l’eau. Sa respiration se fit haletante : elle avait peur, elle était terrorisée. L’adolescente eut envie de vomir puis hésita à s’enfuir en courant, mais l’autre ne lui en laissa pas le temps.

- « C’est moi. Me voici. » : Sa voix était grave pourtant la jeune fille réussit à y discerner une pointe de malaise. Pouvait-elle affirmer qu’elle en était pour autant tirée d’affaire ?

Il s’était avancé. La lune éclairait faiblement son visage taillé à la serpe, si atypique. C’était un homme, ou un jeune homme à la bouche charnue et aux yeux gris où se reflétait l’astre lumineux. Il était beau. Elle le trouvait beau, séduisant... mais elle le détestait, le répugnait le malheureux et ce, du plus profond de son être. Car dans son regard doux, elle venait d’apercevoir un éclair de tentation, d’attirance physique et c’est de cela qu’elle lui en voulait. Il n’avait pas le droit.

Effie se trompait peut-être, mais elle était aveuglée et dégoûté qu’on ait pu pénétrer ainsi son intimité, la piétiner, la briser. Il l’avait suivie... observée ? À nouveau un frisson la parcourut et elle hésita à lui cracher au visage avant de changer d’avis, ne pouvant se résigner à quelque chose d’aussi bas. La jeune fille voulait savoir à quoi il pensait, voulut le sonder sans honte comme elle avait l’habitude de le faire discrètement mais il restait impassible, ne laissant rien paraitre. Ce fut comme si elle se heurtait à un mur, elle qui s’était si souvent entraînée à reconnaitre les sentiments, les pensées intérieures rien qu’aux gestes, aux plus infimes expressions. Il se protégeait de l’extérieur comme... elle ? Pourquoi son regard semblait-il si doux soudain ? Elle voulait le détester, éprouver à nouveau toute cette animosité envers lui.

Effie recula de quelques pas, troublée, buta sur un obstacle, tenta de se rétablir en transférant son poids vers l’avant mais ne réussit qu’à atterrir dans la neige, à quatre pattes. Alors, sans un regard pour l’autre, refoulant ses larmes comme elle l’avait toujours fait lorsqu’elle n’était pas seule, elle s’allongea doucement les bras le long du corps, la face et les paumes tournées vers le ciel.

Il faisait beau ce soir, on apercevait plusieurs constellations dont elle ne connaissait pas le nom, perdues au milieu de l’immensité noire. Son cœur s’était calmé, il n’avait pas explosé. Elle n’avait plus peur de l’autre. Elle était bien là, couchée sur cette fine couche de neige. Son jean serait trempée, ses cheveux aussi et qu’est-ce qu’elle devait paraître bizarre ! Mais peu importe, puisqu’elle était bien. Elle chuchota :

- « Quel est ton nom, l’autre ? » : et son ton ne laissait plus rien paraître de cette débandade de sentiments qui l’agitait quelques minutes plus tôt, jusqu'à ce qu'une larme s'échappe, coulant silencieusement le long de sa joue rougie par le froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Senn
Anthrope à votre service
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Re: Métamorphose [RP Grégoire Senn]   Lun 19 Mar - 21:04

Il remarqua que la jeune fille avait frémis en l’apercevant, un frémissement de soulagement et de surprise. Malheureusement, un tout autre sentiment se lisait dans ses yeux : une haine profonde, une haine sans sang mais violente, une haine propre… Grégoire ne savait pas comment définir la lueur qu'il apercevait mais se rendait bien compte qu'il l'avait dérangée dans un moment où elle désirait être seule, tranquille. Il venait de bouleverser cette tranquillité et d'attaquer son intimité sans le vouloir. Elle le dévisagea et plongea ses yeux dans les siens yeux, comme pour lire ses pensées. Par cette tentative, il se rendit compte qu’elle lui ressemblait plus qu’il n’aurait pu l’imaginer : il avait aussi pris l’habitude de déchiffrer les pensées des autres depuis le collège. Il poussait parfois jusqu’à essayer de deviner leur sentiments et leurs désirs, comme pour les contrôler. Cette habitude, il voulait la perdre mais en était incapable…

Suite à ce constat, Grégoire eut une réaction étonnante : il se détendit, fit un pas en avant et prit le temps de mieux détailler la jeune fille : son jean était impeccable, aucune tache malgré le temps qu’il avait du passer dans le bosquet, à attendre le retour de sa propriétaire. Sa veste laissait apercevoir un T-shirt gris foncé au décolleté très léger, pour ne pas dire inexistant. Il remonta vers son visage, sans toutefois affronter son regard : la vue de ses nombreuses tâches de rousseurs très discrètes et le bleu profond de ses yeux rendit fit sourire Grégoire. Cette fille était particulière; belle par la discrétion et la finesse de ses traits, subtil par son caractère qu’il devina complexe, attirante par sa supranoïa et étrange par son comportement. D’un petit tremblement de la main, elle attira sans le faire exprès l’attention de Grégoire sur cette dernière.

*Un couteau suisse ! Voila ce qu’elle me cachait depuis tout à l’heure… Une jeune fille seule et armée… Une proie inhabituelle*

L’adolescente n’avait pas cessé de l’observer et effectuait quelques pas en arrière, comme pour le fuir. Grégoire allait la prévenir mais elle buta sur une racine qui sortait de la terre et s’affala sur la neige. Alors qu’il hésitait entre briser la distance qui les séparait pour aller la relever ou attendre qu’elle le fasse seule, elle se tourna face vers les constellations qui parsemaient le ciel et ferma les yeux avant de les ouvrir de nouveau, calme. Après quelque instant de silence, elle chuchota :

-« Quel est ton nom, l’autre ? »

Grégoire avait parfaitement bien entendu la question et attendit avant de répondre. Il voulait rester encore un peu avec elle, pour la regarder, avant qu’elle ne lui demande de partir après avoir obtenu son nom. Il se posa contre le chêne qui se tenait derrière lui et se laissa glisser par terre. Le contact gelé de ses médaillons sur son torse et de l’arbre dans son dos l’apaisait, la nuit était magnifique, la température fraiche mais agréable et la jeune fille se tenait toujours allongée dans la neige, comme hypnotisée par la beauté de la forêt. Il inspira puis déclara :

-« Je suppose que tu désires mon prénom aussi ? Je m’appelle Grégoire Senn, et je veux que tu saches que je ne voulais pas te blesser… »

N’obtenant aucune réponse, il précisa pour se justifier :

« Tu as éveillé ma curiosité avec ta supranoïa… »

L’envie de métamorphose revint soudainement et Grégoire réussit à retenir sa main de justesse, il voulait en finir avec cette rencontre, achever ce qu’il avait provoqué, tourner la page et aller se coucher. Il voulut demander son nom à la fille mais jugea cette question mal venue, étant donnée de la situation. En attendant une réaction, il se mit à écrire dans la neige du bout de son index. Son esprit essayait de trouver une solution tout en triant toutes les sensations qu'il éprouvait, pour en cacher certaines à son interlocutrice.

[Désolé pour le temps de réponse, emploie du temps légèrement chargé...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie S. Pendragon
Anthrope à votre service
avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Re: Métamorphose [RP Grégoire Senn]   Sam 24 Mar - 9:45

L’air était frais, pourtant Effie se sentait sereine. Elle lui en voulait mais comptait lui laisser une seconde chance. Après tout, sa première préoccupation n’était pas de se rincer l’œil et c’était clair. Elle se laissa aller, son esprit vaquant d’une pensée à l’autre suivant une logique qui n’appartenait qu’à elle. Elle ne devait pas trop en dire, garder des secrets, des choses pour elles au maximum, c’était sa force mais elle ressentait l’étrange besoin de partager avec cet inconnu comme pour se lier à lui. Et c’était de ça, dont elle avait peur. Ce besoin, qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant l’inquiétait et soulignait sa faiblesse. Effie fronça les sourcils, elle se tairait et parlerait plus tard.

-« Je suppose que tu désires mon prénom aussi ? Je m’appelle Grégoire Senn, et je veux que tu saches que je ne voulais pas te blesser… »

Grégoire Senn. Un prénom asiatique ? Absurde, car rien dans les traits du jeune homme ne reflétait un quelconque gène d’une contrée lointaine... A moins que ? La lune venait de disparaitre derrière un nuage comme pour l’empêcher de le regarder mais alors qu’elle fermait les paupières, le visage du jeune homme apparut dans son esprit. Non, il ne devait pas être asiatique.

- « Tu as éveillé ma curiosité avec ta supranoïa… »

Supranoïa, ce mot fit sourire Effie. Elle ne la maitrisait pas, enfin pas tout à fait. Grégoire tentait de lui faire passer un message qu’elle traduisit ironiquement en un : « Je ne suis pas un pervers dégueulasse, je ne te veux aucun mal. ».

- « D’accord, fit-elle, j’ai compris que tu n’étais pas un pervers dégueulasse. »

Elle marqua une pause et se redressa sur ses coudes pour guetter sur le visage de son interlocuteur, une quelconque réaction. Mais rien, il se bornait à ne montrer qu’une surface lisse, dure comme de la pierre et sans aucune accroche possible. La jeune fille s’imagina, tentant vainement d’escalader un mur dénué d’aspérités... Elle réussirait à lui faire éprouver quelque chose. Mais d’abord, elle devait mettre cette affaire au clair :

- « Mais est-ce que ça te donne, pour autant, la permission de m’épier en... »

Elle fit une moue de dégout, se rappelant soudain pourquoi elle n’aimait pas ce garçon et pourquoi à présent, elle ferait tout pour ne plus croiser son regard qu’elle devinait désireux malgré lui.

- « En tenue peu abordable ? »

Effie sentit la bile monter. Elle allait s’énerver, la colère commençait doucement à prendre forme en travers de sa gorge. Un flot de parole se forma dans son esprit, tourbillonnant et l’empêchant de penser intelligemment, de manière sage. Elle devait partir... Effie se leva brusquement, sautant sur ses jambes. Elle avait maintenant du mal à respirer, et chaque bouffée d’air lui brulait la trachée. La jeune fille porta une main à son front, et alors qu’elle sentit ses jambes se dérober, elle se rappela qu’elle avait oublié de camoufler ses pensées... Et que ce Grégoire avait pu les lire à sa guise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Senn
Anthrope à votre service
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Re: Métamorphose [RP Grégoire Senn]   Sam 7 Avr - 20:01

En relevant la tête, Grégoire surprit un sourire sur le visage de la jeune fille, comme si sa remarque sur la supranoïa l'amusait. Elle devait surement le trouver puéril et ignorant à cause de cette remarque, lui qui s'intéressant tant à une chose qu'elle effectuait sans difficultés. Considérait-elle cette dernière comme un détail, une évidence? Son coeur se serra dans sa poitrine à cette pensée, il travaillait sa supranoïa mais elle s’obstinait à lui échapper.

- "D’accord, fit-elle, j’ai compris que tu n’étais pas un pervers dégueulasse."

Grégoire ne s'attendait pas à cette remarque et failli se trahir: a l'ultime seconde, il avait réussi à empêcher son étonnement de prendre forme sur son visage et du même coup, laisser paraître une faiblesse que son interlocutrice aurait pu surprendre. Il devait tenir bon face à ses provocations, quels qu'elle soient. C'était lui qui était dans le tort et il était du droit de l'adolescente d'essayer de le mettre encore plus mal à l'aise. Le désir de paraître sûr de lui prit le dessus et il posa sur son visage un sourire simple, dénué de toute provocation et sentiments, ne laissant aucune chance à la jeune fille de l'employer contre lui. Malgré lui, il ne put modifier le regard qu'il posait sur elle. Elle semblait se jouer de lui, sans doute avait-elle fait une découverte ou une conclusion qui lui permettait d'aborder les évènements sous un nouvel angle.

- "Mais est-ce que ça te donne, pour autant, la permission de m’épier en..."

Elle s'arrêta et perdit son air joueur et arbora une moue de dégoût. Grégoire peinait à déchiffrer ses traits et sa manières de penser, il lui semblait qu'elle jonglait entre les sentiments et les humeurs, comme si une lutte faisait rage au sein de son crane. Son regard changea. Elle ne jouait plus avec lui:

- "En tenue peu abordable ?"

Elle avait presque craché ses mots. La lutte qu'elle se livrait venait de prendre fin... Et la victoire n'était pas pour Grégoire. Craignant le pire, il n'osait pas répondre quoi que ce soit, préférant se taire et faire mûrir ses arguments en prévision de nouvelles excuses qu'il allait lui adresser. La prenant de court, elle bondit pour se lever et s'enfuit sans prévenir. Sans qu'il n'ait eu le tant d'esquisser le moindre geste, il vit la fille s’effondrer dans la neige, sans avoir put faire le moindre pas. Il n'osait pas approcher, de peur de violer l'espace qui les séparait.

-"Tout va bien?"

Aucune réponse.

Il se risqua de réduire l'écart entre eux et arrivé à une dizaine de mètres de l'adolescente, il s'arrêta:

-"Tu m'entends? Je suis désolé, je ne voulais pas te blesser..."

Craignant pour la santé de sa compagne, il se mit a genoux a coté d'elle et prit son pouls: tout était en ordre. Elle avait seulement perdu connaissance et d'après ses observations, Grégoire conclut qu'elle ne se réveillerait pas avant le lendemain midi. Il ne pouvait pas la laisser ici... La ramener chez elle? Oui mais où? La poser à l'infirmerie? Mauvaise idée, elle n'aimerait surement pas se réveiller dans les chambres toutes blanches, aux les yeux de tous. Le bureau de McIntyre à cette heure? Impensable. La ramener chez lui? Elle préférerait surement mourir que de se réveiller dans la chambre de celui qu'il l'a épié en petite tenue. Il opta pour la première solution, la ramener chez elle. Doucement, il glissa ses mains sous ses genoux et dans son dos avant de la soulever, tout en veillant à ne pas la réveiller.

Grégoire se rendit au chalet principal, consulta la liste des résidents des chalets qui se trouvait juste en face du bureau du Directeur et se rendit compte qu'il ne connaissait pas le nom de l'adolescente... Il posa l'anthrope évanouie par terre pour pouvoir chercher un objet qui lui permettrait de trouver son identité. Un couteau suisse et un briquet doré se trouvaient dans ses poches. A la recherche de quelconques initiales, il observa le couteau suisse sous toutes ses coutures sans succès. Sans se poser de question sur la présence de ce briquet dans la poche de la jeune fille, il le fit fonctionner et l'approcha de son visage. C'est par hasard qu'il remarqua les discrettes lettres gravées sur le coté droit du briquet:

"E. P"

Il replaça les deux objets à leur place, dans le jean de leur propriétaire et se releva pour trouver le chalet où il lui fallait la déposer. Un autre soucis fit son apparition: il y avait deux jeunes filles aux initiales E. P, une certaine Effie Sullivan Pendragon et une autre, Elisa Plantu. Il connaissait cette dernière, en avait entendu parlé du moins: c'était la fille méduse. Grégoire en conclut que la jeune fille qu'il devait ramener chez elle était Effie, occupante du Chalet du Soleil numéro 3. Il reprit la jeune fille dans ses bras, tout en s'étant assuré qu'elle n'avait pas retrouvé ces esprits et sortit du bâtiment principal en direction du lotissement du Soleil. Après quelques minutes de marche au clair de lune sans avoir croisé qui que ce soit, il arriva enfin devant le chalet numéro 3. L'adolescent ne sonna pas, de peur de réveiller les colocataires d'Effie et se contenta de chercher le double des clefs, qui ne devaient pas être cachée bien loin.

-"Bingo"

Il était sous un petit pot de fleur, à même pas un mètre de la porte d'entrée. Grégoire le prit, l'inséra dans la serrure et après un déclic rassurant, il entra dans le chalet avec Effie dans les bras. Tous les chalets étaient bâtis avec un plan identique et il n'eut pas à chercher longtemps pour trouver la chambre de la jeune fille. Délicatement, il souleva la couette légère et posa l'adolescent dans son lit, pour ensuite la recouvrir avec la couverture. Il se releva, sorti de la pièce en trois pas et quitta le chalet. Alors qu'il s'engageait sur le chemin qui menait à sa propre chambre, il décida de retourner sur ses pas et laisser, bien en évidence, sur la table de nuit d'Effie, un mot expliquant ce qu'il s'était passé:

"Tu as glissé et tu t'es évanouie, je t'ai ramené chez toi.
J'espère que ça va mieux. Grég"


Une fois cette formalité accomplit, il rentra se coucher, bien au chaud dans son lit après une bonne douche.

[Enfin fini, shame on me d'avoir abandonné le forum...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Métamorphose [RP Grégoire Senn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Métamorphose [RP Grégoire Senn]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement du cours de Métamorphose
» Cours de métamorphose n°1.
» Cours 1 " La métamorphose ".
» De l'art de la métamorphose !
» Grégoire de Soltariel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth Girl :: Alentours :: Forêt-
Sauter vers: